4 - Pratiquer la Sémantique Générale selon Van Vogt

Publié le par Non-A

 Si vous venez pour la première fois sur ce blog, nous vous conseillons de commencer par la lecture du premier article à avoir été publié "Présentation de la Sémantique Générale", à l'adresse http://semantique-generale.over-blog.com/article-3980484.html , puis de lire les suivants dans l'ordre inverse dans lequel ils apparaissent dans la liste des articles.

------------------------------------------------------------------------------

Dans la postface de l'édition de 1974 du deuxième roman du Cycle du Ã, " Les joueurs du Ã", A.E Van Vogt écrit : " Lors de la première publication de ce présent ouvrage, j'avais déjà deux fois dix-huit ans et je venais de terminer ma thèse sur la sémantique générale, un système non-aristotélicien, non euclidien, non newtonien. Cette même année, je devins membre de la Société Internationale de Sémantique Générale, dont le siège se trouvait à l'époque à San Francisco. J'y suis toujours inscrit, mais j'étais parvenu à mes conclusions dès 1948 et je les ai résumées en tête de chaque chapitre de ce second roman."

C'est dire l'importance qu'il faut accorder à ces têtes de chapitre qui, pour Van Vogt, résument sa conception des principes et des applications de la Sémantique Générale. Voici quelques-unes de ces têtes de chapitres (les numéros renvoient aux numéros de chapitre) que Van Vogt a appelés les "Non Axiomes" :

10 – Dans l’intérêt de la raison, DATEZ. Ne dites pas : " Les savants croient… " Dites " Les savants croyaient en 1948… " ou " Jean Dupont (1948) est socialiste… " Toutes choses, y compris les opinions politiques de Jean Dupont, sont sujettes au changement, et l’on ne peut, par conséquent, les mentionner que si elles sont déterminées dans le temps.

11 - Dans l’intérêt de la raison, REPERTORIEZ . Ne dites pas " Deux petites filles… " à moins que ne vous vouliez dire " Marie et Jeanne, deux petites filles, distinctes l’une de l’autre, et de tous les autres habitants du monde… "

12 - Dans l’intérêt de la raison, utilisez la formule ET COETERA. Quand vous dites " Marie est une bonne fille ! " ne perdez pas de vue que Marie est bien autre chose que " bonne ". Marie est " " bonne ", gentille, charmante, et coetera, ce qui signifie quelle possède encore bien d’autres caractéristiques. Il vaut également la peine de se rappeler que la psychiatrie moderne – 1956 – ne considère pas que l’individu tranquillement " bon " ait une personnalité très saine.

13 – Dans l’intérêt de la raison, prenez garde d’ETIQUETER. Des mots comme Fasciste, Démocrate, Républicain, Catholique, Juif, se rapportent à des êtres humains, qui ne sont jamais tout à fait étiquetables.

14 – Dans l’intérêt de la raison, utilisez des REFERENCES  : par exemple, "  le conscient " et " l’inconscient " sont deux termes descriptifs utiles ; mais il reste à prouver que ces termes eux-mêmes reflètent avec précision " l’existant " au niveau des faits. Il existe des cartes de territoires sur lesquels nous ne pourrons jamais avoir de renseignements exacts. L’entraînement à étant destiné aux individus, l’essentiel est de rester conscient de la signification " multiordinale " ", c’est-à-dire polyvalente, des mots que l’on entend ou que l’on prononce.

16 – Dans l’intérêt de la raison, apprenez à apprécier un événement en fonction de ses répercussions d’ensemble. Ceci inclut les modifications viscérales et nerveuses ; les réactions émotionnelles, les pensées relatives à l’événement, le commentaire formulé, l’action résultante, etc.

17 – Dans l’intérêt de la raison, n’oublions pas l’inter-réaction. Un jugement peut concerner la réalité – mais il peut concerner un jugement concernant un jugement concernant la réalité.

18 – Dans l’intérêt de la raison, souvenez-vous que la carte n’est pas le terrain, le mot n’est pas la chose qu’il exprime. Chaque fois que l’on confond la carte avec le territoire, un " trouble sémantique " s’enracine dans l’organisme. Ce trouble persiste tant qu’on n’a pas reconnu les limitations de la carte.

19 – Dans l’intérêt de la raison, rappelez-vous ceci : d’abord se produit l’événement, le stimulus initial ; en second lieu, le choc nerveux de l’événement, par le canal des sens ; en troisième lieu, la réaction émotionnelle fondée sur l’expérience passée de l’individu, en quatrième lieu, la réaction verbale. La plupart des individus identifient la première et la quatrième étape et ignorent l’existence de la seconde et de la troisième.

21 – Il ne suffit pas de connaître les techniques d’entraînement non-A. Elles doivent être assimilées jusqu’à devenir automatiques, c’est-à-dire non-conscientes. La période " discursive " doit faire place à la période " active ". Le but doit être une souplesse totale des démarches mentales, en deçà du plan verbal, à l’égard de n’importe quel événement. La Sémantique Générale a pour objet de donner à l’individu un sens de l’orientation et non pas un nouveau cadre indéformable.

Publié dans semantique-generale

Commenter cet article