18 - Pourquoi la Sémantique Générale ?

Publié le par Non-A

Lorsqu’il a élaboré la Sémantique Générale, Korzybski est parti de la nécessité d’une révision de toutes les connaissances que l’être humain avait, à cette époque, de lui-même. Dans l’ouvrage " Science and sanity ", dans lequel il expose les principes de sa théorie, il écrit : " … en ce qui concerne toutes les disciplines traitant des affaires humaines, elles ne reposent pas sur une définition de l’homme, ou alors, quand il y en a une, elle est formulée dans des langages métaphysiques, élémentalistes, de type sujet-attribut, qui sont dépourvus de scientificité et se révèlent en fin de compte nuisibles du point de vue sémantique. Comme nous ne disposons actuellement d’aucune science générale de l’homme embrassant toutes ses fonctions, y compris le langage, les mathématiques, la science et les maladies " mentales ", j’ai cru utile de donner naissance à une telle science. "

 

Pour désigner cette science nouvelle, le terme d’ " Anthropologie " lui semblait trop restrictif dans la mesure où il n’incluait que l’histoire naturelle " animalière " de l’homme, " en négligeant le fait que l’histoire naturelle de l’homme doit inclure des facteurs qui n’existent pas dans le monde animal, alors qu’ils sont chez lui des fonctions naturelles, comme le langage et la structure de celui-ci, permettant l’élaboration de ses institutions, de ses lois, de ses doctrines, de la science, des mathématiques, qui conditionnent son environnement et ses réactions sémantiques qui, à leur tour, influencent et déterminent son développement. "

 

Pour lui, cette nouvelle science, dont l’Anthropologie serait un sous-ensemble, " inclurait toutes les disciplines d’intérêt humain sous les angles spécifiques de l’anthropologie et de la sémantique ", cette dernière ayant été négligée jusque là.

 

Il constate que, contrairement à l’animal, l’être humain est capable de relier entre eux des évènements appartenant à des époques différentes. Ses connaissances sont transgénérationnelles. Chaque génération a la possibilité de reprendre les connaissances de toutes les générations précédentes pour progresser.

Ainsi, les sociétés humaines qui ne progressent pas sont celles dans lesquelles les connaissances acquises sont figées et l’acquisition de connaissances nouvelles considérée comme un pêché, un tabou, etc.

 

Pour lui, la faillite de la conduite des affaires humaines (guerres, conflits de toutes sortes, etc) tient au fait que les hommes continuent à réagir comme des animaux. Il écrit : " la plupart du temps, la quasi totalité d’entre nous copions encore, de nos jours, les animaux dans nos processus nerveux. Une investigation plus poussée montre que de telles réactions nerveuses chez l’homme conduisent à des états pathologiques d’infantilisme général, un comportement public et privé infantile, des institutions infantiles, des " civilisations " infantiles fondées sur des conflits, des luttes, des compétitions brutales, ces comportements étant censés être l’expression " naturelle " de la " nature humaine ", comme voudraient nous le faire croire différents managers et leurs assistants, les militaristes et les prêtres. "

 

Pour lui, " nous n’utilisons pas notre système nerveux correctement ", et " nous n’avons pas encore dépassé un stade de développement très primitif. " parce que " les différentes doctrines et croyances primitives, animalières, qui n’ont jamais été révisées, ainsi que les réactions sémantiques correspondantes n’ont pas évolué au même rythme que les réalisations techniques. "  " …. elles reposent sur des postulats qui ne correspondent pas aux faits mais sont reliés à la structure sclérosée du langage primitif, l’ensemble du processus étant d’autant plus dangereux qu’il est inconscient. "

 

" Dans le système non-A, le langage, adoptant une nouvelle structure moderne " … " établit les bases d’une approche thérapeutique et d’une prévention spécifique permettant de maîtriser ce mécanisme. ".

 

Le texte de Korzybski dont sont tirées les citations qui ont été utilisées pour écrire cet article est à la page http://semantiquegenerale.free.fr/Articles/S&SIntro.htm

Publié dans semantique-generale

Commenter cet article