20 - Confusion des niveaux d'abstraction

Publié le par Non-A

Sur un magazine de télévision, je lis la présentation d'un film de James Bond : "L'acteur fait toujours preuve de flegme dans les situations les plus dangereuses."

En l'occurrence, l'acteur qui joue le personnage de James Bond, N'EST PAS James Bond et les situations dans lesquelles il se trouve n'ont absolument rien de dangereux : il est sur un plateau de tournage, entouré de techniciens, de cameramen, d'un metteur en scène, etc. Bref, à aucun moment du film, il ne court un quelconque danger. On se demande donc bien pourquoi il perdrait son flegme. Au contraire, puisque le personnage qu'il joue est censé ne jamais le perdre, on pourrait se dire qu'il est un mauvais acteur s'il donne cette impression.

Cette anecdote est à mettre en lien avec la façon, venue des Etats-Unis, dont sont présentés les films de fiction. Vous avez peut-être remarqué que dans les bandes-annonces ou les affiches de films américains, et maintenant de plus en plus pour les films français, on n'écrit plus et on ne dit plus : " Tel acteur JOUE tel personnage." mais "Tel acteur EST tel personnage."

On assiste là à ce qu'en Sémantique Générale, on appelle une " confusion des niveaux d'abstraction ", ce qui, en termes plus simples, signifie qu'on fait la confusion entre deux niveaux de la réalité qui n'ont rien à voir entre eux. Objectivement, l'acteur N'EST PAS le personnage qu'il joue, et ce qu'il vit à l'écran N'EST PAS ce qu'il vit réellement. Et pourtant c'est ce qu'on nous écrit et c'est ce qu'on nous dit.

Pourquoi les médias audio-visuels ont-ils de plus en plus recours à ce qu'ils appellent des "docu-fictions" et des émissions de "télé-réalité" ?

Dans le premier cas, on fait jouer à des acteurs des situations qui ont été réellement vécues, mais en les réécrivant, en fabriquant un scénario qui fait que ce qu'on nous donne à voir N'EST PAS la réalité mais seulement une interprétation, souvent romancée, des faits. Dans le second cas, on met des gens qui ne sont pas des acteurs dans des situations artificielles, QUI N'EXISTENT PAS DANS LA REALITE (être enfermé dans un loft pendant 6 semaines, etc) pour leur faire JOUER une réalité "fictive" fabriquée de toutes pièces.

Pour des téléspectateurs qui ont une expérience ancienne du réel et qui ont connu la télévision à un âge où ces procédés n'étaient pas employés, cela peut paraître anecdotique, amusant, ridicule ou stupide. Mais pour les jeunes générations de téléspectateurs, élevés avec cette vision où on entretient la confusion entre réalité et fiction, on est en train de faire un glissement progressif du réel vers le virtuel et inversement. On crée et on installe dans les esprits la confusion entre la réalité et la fiction.

Qui veut installer cette confusion et dans quel but ?

Publié dans semantique-generale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe 27/02/2010 17:58


Bonjour,

j'aimerais avoir votre avis du point de vue de la Sémantique Générale, sur l'idée même du débat actuel sur "l'identité nationale".
Ne pourrait-on craindre des conséquences psychologiques néfastes, en établissant à un tel niveau, une identité entre les personnes et des concepts normatifs ?

cordialement
 


Florence 11/09/2008 14:26

Bonjour,Etant jeune je peux en témoigner, jamais je n'ai lu ou entendu "tel acteur joue tel personnage", ce que j'aurais apprécié pourtant car cela aurait donné un peu de recul. En escamotant un niveau d'abstraction on escamote la conscience, je trouve ça également révoltant.Sans doute est ce dans une logique commerciale : plonger les gens dans les choses, même et surtout médiocres, ne pas leur permettre de prendre de la distance avec.Et peut-être aussi un côté simplificateur, à tort bien sûr, de la part des médias...Merci la massification ;) 

Merlin le Zététicien 15/11/2006 11:27

C'est encore bien proche du mythe de la caverne de Platon tout ça ! J'ai failli écrire Platoon moi. Va savoir pourquoi ?...

Austrasien 10/11/2006 18:55


En effet, on peut très bien imaginer qu'un jour, des gouvernants sans scrupules fassent croire à des téléspectateurs naïfs, images à l'appui, qu'un pays représente un danger parce qu'il a la troisième armée du monde, qu'il faut l'attaquer parce qu'il possède des armes de destruction massive (photos satellites à l'appui), et qu'ils déclenchent une guerre "préventive" avec l'approbation de la population de leur pays. Quitte à reconnaître quelques années après qu'ils "se sont trompés", mais en arrivant à faire oublier qu'ils ont manipulé le monde entier en faisant prendre "leur" fiction pour la réalité.
Mais, ça, c'est peut-être de la science-fiction ...

Laurent 10/11/2006 16:47

bonjour.
Il y a longtemps, tres lontemps, un prestidigitateur et guerrisseur occasionnel a declamé :"prenez et manger ceci est mon corps, buvez ceci est mon sang" en brandissant du pain et du vin. Lorsqu\\\'il s\\\'agit de manipuler les gens il n\\\'est pas de meilleure méthode que de marquer les esprits par des raccourcis entre les niveaux d\\\'abstraction.
Ceci EST cela ! et on ne discute pas. On crée un refenciel unique que chacun est supposer prendre comme postulat. C\\\'est la version officielle de la realité dont il est difficile de s\\\'ecarter sous peine de condamnations diverses qui ont jalonné l\\\'histoire de l\\\'humanité.
Plus recement d\\\'autres ont utilsé la meme methode pour dire que ceci etait de l\\\'antrax et cela des photos d\\\'armes de destruction massives. Est il necessaire de poser la question? "Mais a qui profite le crime?"