12 - La Sémantique Générale pour les enfants

Publié le par Non-A

INITIER LES ENFANTS A LA Sémantique Générale

Korzybski (Science and Sanity, chapitre 29):

" Nous commençons avec une petite expérience d'ordre sémantique sur le sujet de la "totalité ". Nous prenons n'importe quel objet, une pomme, un crayon, ou toute autre chose qui soit familière aux enfants. Les principes mis en cause sont d'ordre entièrement général et s'appliquent à tous les niveaux objectifs de manière très similaire. Nous disons aux enfants que nous allons nous amuser un peu. Puis nous leur demandons de nous dire " chacun des traits " caractérisant l'objet en question, en l'occurrence une pomme, ou " tout " ce qui la caractérise. Quand les enfants commencent à nous dire " tout " ce qui concerne la pomme, nous écrivons au tableau noir les caractéristiques indiquées. II est essentiel de les écrire. Nous devons avoir un enregistrement visible et extensionnel des caractères attribués à la chose. Quand les enfants sont arrivés au bout de leur rouleau en nous disant " tout " sur la pomme, nous ne devons pas nous déclarer satisfaits. Nous devons les faire douter, insister sur le fait que, peut-être, ils ne nous ont pas " tout " dit à son sujet, en utilisant continuellement le mot " tout ". Le terme " tout " doit être souligné et répété jusqu'à ce que les enfants en soient exaspérés. Plus ils apprennent à détester ce terme et mieux cela vaut. Nous formons ainsi en eux une très importante réaction sémantique... Quand le sujet semble épuisé et la liste des caractères de la pomme " complète " (nous nous assurons à plusieurs reprises que les enfants estiment nous avoir " tout " dit à son sujet), nous coupons la pomme en morceaux et montrons aux enfants par l'expérience, en utilisant éventuellement un microscope ou une loupe, qu'ils ne nous ont pas " tout " dit sur la pomme. "

Publié dans semantique-generale

Commenter cet article

Christophe 17/10/2006 17:59

Sur la base du premier paragraphe de votre commantaire, on est donc tout à fait d'accord.Concernant le deuxième paragraphe, cela m'éclaire.Merci.

Austrasien 17/10/2006 12:44

Je pense que le but de Korzybski est de montrer qu'on peut continuer indéfiniment la description de la pomme et que la découper ne peut suffire à en saisir toute la complexité.
Dans une démarche pédagogique, il serait tout aussi intéressant de montrer la même pomme à plusieurs jours d'intervalle pour montrer que ce n'est plus "la même pomme", ou de faire décrire la pomme par écrit par plusieurs enfants puis de lire leurs descriptions pour montrer qu'ils ne voient pas "la même pomme", ou de faire décrire la pomme en l'éclairant avec une lampe sous des angles différents pour montrer que "l'on ne voit pas" la même pomme. Autrement dit que ce que l'on perçoit d'un objet est tributaire du temps, de l'espace, de l'observateur, etc.

Christophe 17/10/2006 11:34

Intéressante expérience sur la totalité.Cependant, je trouve que la démonstration du "non-tout" par découpage de la pomme rapproche trop du réductionnisme de Descartes qui propose de découper le tout en éléments simple afin de pouvoir le comprendre et l'appréhender.Ne devrait-on pas, ou plutôt, amener les enfants à relier la pomme aux feuilles, à l'arbre, aux racines à la terre ?Suis-je hors sujet par rapport à l'approche sémantique générale ?